Finalisation du guide “Habitats, des réponses partagées”

Le guide « Habitats, des réponses partagées », met en valeur les différentes réponses en matière d’habitat portées par les Associations Papillons Blancs du Nord. Il s’agit ici de donner la possibilité aux personnes DI de pouvoir choisir, à travers une palette de solutions, l’habitat qui leur convient et favoriser ainsi leur autonomie.

Téléchargez le guide “Habitats, des réponses partagées

L’UDAPEI 59 répond à l’appel à contribution au PRAPS-PH

L’Udapei 59 a répondu à l’appel à contribution au PRAPS-PH (Programme Régional d’Accès à la Prévention et aux Soins des Personnes en situation de Handicap) dans le cadre de la mise en place de sessions de sensibilisation au handicap à destination des professionnels de santé libéraux sur la Région des Hauts-de-France. Elles ont démarré en octobre 2017.

Pour plus d’informations : ud-baratas@udapei59.org

L’UDAPEI 59 accompagne le démarrage d’un nouveau service : le PCPE (Pôle de Compétences et de Prestations Externalisées)

Ce service est porté par l’Association des Papillons Blancs de Douai et Papillons Blancs de Lille. Le développement des PCPE s’inscrit dans le cadre de la démarche « une réponse accompagnée pour tous », qui vise à assurer la continuité des parcours des personnes en situation de handicap. Ils s’intègrent également dans les priorités définies par le 3ème Plan Autisme 2013-2017 et le second schéma handicaps rares. Outre des prestations directes auprès des usagers, réalisées par des professionnels salariés ou libéraux, les PCPE soutiennent et guident les familles et les aidants, notamment pour le suivi et la coordination du parcours.

Pour plus d’informations : ud-baratas@udapei59.org

Le projet Ma Santé 2.0, pour l’autonomie des personnes en situation de handicap

Dans la lignée du projet I SAID, le projet « Ma Santé 2.0 », porté par l’Udapei du Nord, favorisera l’autonomie en santé des personnes en situation de handicap (enfants comme adultes, accompagnés ou non par des établissements et services médico-sociaux…). Il s’appuie pour cela sur des outils de prévention, d’information, des séances d’éducation à la santé et des actions de coordination aux soins adaptées aux capacités d’autodétermination des personnes : jeu interactif, mallette à destination des professionnels, des personnes et des aidants, etc. Ce projet d’une durée de 5 ans prendra également appui sur les travaux du projet Interreg I SAID.

Pour plus d’informations, téléchargez la brochure Ma Santé 2.0

Parce que l’autonomie dans les déplacements favorise l’indépendance personnelle et l’inclusion

Le laboratoire PSITEC de l’université de Lille, la MESHS, ainsi que le laboratoire d’Automatique, de Mécanique et l’Informatique industrielle et Humaine de l’université de Valenciennes se sont associés dans le cadre du projet « Technologie d’Apprentissage des Déplacements Indépendants ». L’objectif du projet est de mettre au point un logiciel d’aide à l’apprentissage des déplacements indépendants, destiné à favoriser la mobilité urbaine des personnes avec une déficience intellectuelle.

Implanté dans un téléphone mobile, le logiciel fonctionnera selon trois principes :
1- fournir une aide aux déplacements qui est adaptée au niveau de chaque individu ;
2- rendre la personne active en la plaçant en situation d’apprendre les itinéraires (plutôt que de suivre les consignes fournies par le dispositif) ;
3- permettre aux personnes qui en ont les capacités de se déplacer selon des itinéraires variés en utilisant une « fonction calcul d’itinéraire » qui prend en considération la difficulté du trajet.

Cette technologie repose sur une conception de la mobilité des personnes avec DI  qui est moins restrictive et plus dynamique que les technologies actuellement disponibles. Son principe entre dans le cadre des conceptions non restrictives de la mobilité et de l’accessibilité défendues par la convention des nations unies en faveur du droit des personnes handicapées et par l’union européenne.

La première phase du projet (analyse des besoins et faisabilité) sera d’une durée de deux ans.

Pour plus d’informations : yannick.courbois@univ-lille3.fr

Séminaire du 12 octobre à Mons

Le 12 octobre dernier, le partenariat I SAID a réuni à l’Université de Mons plus d’une centaine d’acteur-rice-s impliqué-e-s et concerné-e-s en matière de DI (professionnel-le-s de santé, accompagnateur-rice-s, bénéficiaires, familles et entourages) pour partager au cours du séminaire “Déficience intellectuelle & approches inclusives : vers plus de coopération transfrontalière” les avancées du processus I SAID.

Au cours de ce séminaire, les conclusions du guide Freins et facilitateurs à la mobilité transfrontalières, ont été présentées. Le guide révèle toute la complexité de l’accompagnement des personnes en situation de handicap mental en dehors de leur territoire et apporte des éléments de réponse à la question du “Comment faciliter le parcours des personnes?”.

Parmi les principales propositions, Patrice Warembourg de l’UDAPEI souligne :

“Le renforcement des jumelages entre établissements et services franco-wallons afin de développer une meilleure interconnaissance des normes législatives en vigueur”

Marie -Claire Haelewyck de l’Université de Mons commente aussi :

“La rupture au sein des parcours de soin des personnes en DI est un enjeu complexe de qualité de vie et de santé globale. I SAID est l’expression d’une volonté de changement et de mobilisation d’acteurs transfrontaliers dans une dynamique d’innovation sociale”

Hubert Gascon, professeur émérite et chercheur à l’Université de Québec, qui a clôturé cette intense matinée de travail et d’échanges, affirme :

“Le caractère d’envergure et le haut potentiel de structuration et de pérennité du projet I SAID s’inscrit dans un territoire peuplé de 10 millions d’habitants”

Les perspectives et les défis à relever sont conséquents mais à la portée de l’ambition du partenariat I SAID.

Téléchargez les présentations des différentes sessions :
Présentation du projet
Intervention session 1
Intervention session 2
Intervention session 3
Présentation : La recherche participative
Recommandations
Album photo

Sortie du rapport sur les freins et facilitateurs à la mobilité transfrontalière

Les partenaires du projet ISAID ont le plaisir de vous présenter leur premier rapport sur les freins et facilitateurs à la mobilité transfrontalière.

Ce guide a été élaboré dans le cadre du Projet « I SAID -Interregional platform for Innovation in Self-determination, Autonomy and Inclusion in people with Disability », qui s’inscrit dans le cadre de la promotion de la santé des personnes avec déficience intellectuelle.

Relevant d’une collaboration transfrontalière entre la Région Hauts-de-France et la Wallonie, ce guide amorce le projet ISAID en identifiant les freins et les leviers en matière de promotion de la santé dans ces 2 régions.

Ce guide a  alors pour objet de mieux appréhender les législations et dispositifs liés à l’accueil et l’hébergement des personnes avec déficience intellectuelle existants de part et d’autre de la frontière franco- wallonne. Il révèle la complexité des acteurs et des structures concernés et ouvre la question de “comment faciliter le parcours des personnes face à toutes les réglementations?”

Ce premier rapport marque le début des engagements des partenaires ISAID, qui vont alors continuer leurs réflexions avec prochainement, la mise en place d’une plateforme collaborative ainsi que de communautés de pratique.

Téléchargez gratuitement le Rapport des freins et facilitateurs <

Journée de lancement du projet ISAID à la MESHS le 9 décembre 2016

Au cours de la matinée du 9 décembre 2016, les partenaires du projet ISAID ont réuni à la MESHS (Lille) une centaine d’acteurs impliqués dans le domaine de la déficience intellectuelle marquant ainsi officiellement le lancement du projet I SAID. Issu du programme européen de coopération territoriale Interreg France-Wallonie-Vlanderen, ISAID vise à favoriser  la capacité d’autodétermination des personnes avec déficience intellectuelle et améliorer leur accompagnement. D’une durée de quatre années (2016-2020), ISAID repose sur un triple dispositif : recherche- actions inclusives- formation qui a pris vie dès cette matinée du 9 décembre autour de trois ateliers thématiques et participatifs :

 

Atelier # 1 – Freins et leviers à l’autodétermination des personnes adultes avec DI

Les professionnels rassemblés partagent leurs expériences positives ainsi que les manquements et besoins identifiés autour de la promotion de l’autodétermination. Tout d’abord cette notion complexe et dynamique, a été identifiée comme influencée tant par les capacités des personnes, leur estime personnelle que par leur environnement social, institutionnel, culturel et économique. Malgré ces contraintes multiples, de nombreux participants présents œuvrent pour le développement de l’autodétermination des personnes avec DI grâce à divers outils tels que le Projet Individualisé, régulièrement développé et/ou ajusté tout au long de la vie. Toutefois, les professionnels se sentent peu accompagnés et formés à la démarche. Enfin, ils soulignent également le manque de formations/informations à l’autodétermination à destination des personnes adultes avec DI et de leur entourage.

Atelier # 2 – Actions inclusives au service de la promotion de la santé

Les notions de santé et de promotion de santé posent questions ; la santé ne se résume-t-elle uniquement à l’absence de maladie ? Sommes-nous tous et toutes des acteurs de la santé des personnes avec déficience intellectuelle ? Si tel est le cas, comment s’accorder sur une définition partagée entre les différents acteurs ? Au-delà de ces constats, comment collaborer entre professionnels et avec les pouvoirs publics ? Finalement, ces multiples questionnements soulèvent des interrogations quant à la formation initiale et continuée des intervenants. Comment associer les enjeux de la promotion de la santé dans les formations des professionnels du handicap ? Et, inversement, quelles (in)formations dispenser aux (futurs) professionnels du secteur paramédical dans une perspective inclusive ?

Atelier # 3 – Comment tenir compte des parcours de vie dans l’accompagnement des personnes avec DI ?

Le parcours de vie est, dans un premier temps, appréhendé d’un point de vue « administratif ». Les participants soulèvent des questionnements liés à complétion et au suivi du dossier personnel des personnes avec DI lors des périodes de transitions et de ruptures au sein de leur parcours de vie. Dans un second temps, la thématique est abordée d’un point de vue « individuel » pointant le manque de méthodologies d’appropriation du parcours de vie par la personne avec DI dans une perspective de construction identitaire. Ces visions complémentaires posent la question de la prise en considération du parcours de vie des personnes avec DI au sein des pratiques d’accompagnement tout au long de la vie.

Retrouvez tout le contenu de ces ateliers ainsi que la présentation diffusée lors de l’assemblée plénière en format téléchargeable et en version accessible :

Les photos de la journée de lancement sont disponibles sur notre site internet

Un nouvel outil disponible de diagnostic de déficience intellectuelle en Belgique

L’Université de Mons met à disposition un nouvel outil de diagnostic de déficience intellectuelle: l’Echelle belge de comportement Adaptatif.  Développé par le Laboratoire de mesure du comportement adaptatif de l’Université du Québec à Montréal, ce nouvel outil complète la mesure du quotient intellectuelle pour établir un diagnostic valide dans la plupart des systèmes classificatoires.

Tout professionnel ou proche accompagnant la personne présentant une déficience intellectuelle (éducateurs, psychologues, enseignants etc…) peut ainsi remplir par le biais d’une plateforme en ligne un questionnaire qui permettra d’estimer le fonctionnement adaptatif de toute personne que l’on soupçonne de présenter une déficience intellectuelle.

Plus d’informations et inscriptions :
http://www.labadapt.org/ebca/index.php
Valentine.malou@umons.ac.be 

Un certificat d’Université en Orthopédagogie Clinique à l’Université de Mons !

Le service d’Orthopédagogie Clinique de l’Université de Mons a le plaisir de vous informer que les inscriptions pour le certificat d’Université sont ouvertes pour l’année académique 2017-2018 !

Ce certificat destiné à un public adulte qui possède un diplôme de l’enseignement supérieur dans les domaines de la psychologie, de l’éducation et/ou du suivi bio-psycho-social des individus est également accessible à des responsables de structure à destination des personnes en situation de handicap, aux professionnels de l’enseignement et aux formateurs.

A mi-chemin entre la psychologie et les sciences de l’éducation, l’Orthopédagogie Clinique est une discipline alliant l’évaluation et l’intervention auprès des personnes en situation de handicap ou en difficulté d’apprentissage, en considérant celles-ci dans leur globalité dans l’optique de promouvoir leur pleine participation sociale et l’exercice de leur citoyenneté.

– Les modules d’apprentissage concernés se déploient sur deux années de formation de 26 crédits au total.

– Ils allient cours, stages et portfolio professionnalisant autour des thématiques liées au handicap et aux besoins spécifiques des individus évoluant dans différents milieux de pratiques (scolaire, résidentiel, travail…),

– Les modules sont dispensés par des intervenants dont la pratique professionnelle est en lien direct avec l’Orthopédagogie Clinique,

– Ils sont organisés en horaires décalés, à savoir le mardi de 17h 30 à 20h 30 durant 12 séances lors de l’année académique 2017-2018

Intéressés ? 

Contactez le Service d’Orthopédagogie Clinique :