Vip-Tech-Job : la plateforme emploi pour les personnes déficientes visuelles

Afin de favoriser l’insertion socio-professionnelle des personnes déficientes visuelles, plusieurs associations européennes se sont regroupées et ont lancé le projet « Vip-Tech-Job ». Ce projet a permis la création d’une plateforme de formation en ligne et une application permettant la consultation d’offres d’emploi.

Le projet a été lancé en Belgique par l’AISBL Views international en collaboration avec Aforisma (Italie), Fundacion Docete Omnes (Espagne) et Istituto Rittmeyer (Italie) et financé par le programme Ersmus + de l’Union européenne. Cela a permis de développer l’ensemble des produits en anglais, français, espagnol et italien.

La plateforme de formation est libre d’accès et conçue pour favoriser la formation en autonomie. Elle vous aidera à réaliser un CV, à passer une interview et abordera les questions de législation.

L’application de recherche d’emploi permet à la personne déficiente visuelle de naviguer parmi les offres de manière adaptée. Il est aussi possible pour tout employeur qui le désire de créer un compte pour ajouter des offres d’emploi. Pour le moment les offres d’emploi de référence.be et du Forem sont rajoutées pour la Belgique.

Pour plus d’informations, consultez le site internet du projet 

Centre de documentation du service Orthopédagogie Clinique de l’UMONS

Le Centre de documentation du service d’Orthopédagogie Clinique de l’Université de Mons possède plus de 1.300 documents sur les thèmes de la déficience intellectuelle, de l’autisme, des troubles dys, de l’orthopédagogie, du vieillissement, du travail social, et bien d’autres encore !

L’objectif est d’assurer la diffusion active de l’information auprès de différents types de publics. Professionnel.le.s, étudiant.e.s, parents ? Chacun a la possibilité d’obtenir des renseignements afin d’aider les personnes à besoins spécifiques.

Contact 
secretariat.aio@umons.ac.be
+(32)(0)65.37.37.64

Page Facebook : AIO – Association pour l’Innovation en Orthopédagogie

Colloque “Extra Ordinaires Parents” par l’Udapei 59

L’Udapei du Nord, en collaboration avec les Services d’Aide et d’Accompagnement à la Parentalité (SAAP), organise le colloque « Extra Ordinaires Parents » à Marcq-en-Barœul.

Rendez-vous le 7 novembre 2019 pour une journée dédiée à :

  • Aider les personnes en situation de handicap à identifier et à développer leurs compétences parentales dans une approche de parentalité positive;
  • Rendre visible l’expertise et la valeur ajoutée de nos services auprès de nos financeurs ;
  • Partager et renforcer l’expertise des professionnels des SAAP ;
  • Favoriser l’essaimage des bonnes pratiques en matière d’accompagnement à la parentalité ;
  • Communiquer les résultats de l’étude « Que sont-ils devenus ? » qui analyse rétrospectivement les parcours des familles accompagnées par les 9 SAAP des Associations Papillons Blancs du Nord.

Téléchargez le programme

Plus d’informations et inscription sur le site de l’Udapei du Nord

C’est bientôt la rentrée des « Formations Handicap et Emploi »

Dès le mois d’octobre 2019, l’AVIQ proposera de nouveaux modules de formation concernant le handicap et le milieu professionnel (dans le cadre d’un projet financé par le FSE). Ceux-ci durent d’une demi à une journée complète et sont entièrement gratuits. Ils abordent des thématiques aussi variées que l’autisme et l’emploi, les aménagements raisonnables, stéréotypes, discrimination vs plus-value de la diversité en entreprise, déficience auditive et l’emploi etc.

Chaque module permet aux participants de découvrir un aspect théorique de la déficience et les bonnes pratiques pour accompagner et/ou soutenir le travailleur en situation de handicap dans son emploi. Les témoignages ainsi que les mises en situation et les échanges des bonnes pratiques apportent une plus-value à ces formations !

Pour plus d’informations, consultez le site de l’AVIQ : https://www.aviq.be/handicap/

Ou inscrivez-vous à la newsletter Handi@Job : https://www.aviq.be/newsletter.html

 

Déficience Intellectuelle et Parcours de Vie : Journée Transfrontalière I SAID

Visant à améliorer la santé globale et l’autodétermination des personnes avec une déficience intellectuelle et mené depuis 2016, le projet I SAID relève d’une collaboration transfrontalière entre les régions Hauts-de-France et la Wallonie. Une rencontre organisée le 8 octobre 2019 à Charleroi sera l’occasion de présenter les avancées du projet et d’échanger autour de la thématique des parcours de vie. 

La journée du 8 octobre portera sur la question des parcours de vie des personnes avec une déficience intellectuelle (DI), notamment sur la base de récits de vie explicitant les trajectoires vécues, l’influence de l’environnement sur ces trajectoires ainsi que les ressources et les obstacles rencontrés au cours du parcours de vie des personnes.

Au programme de cet événement : une séance plénière le matin et divers stands sur le temps de midi. La plénière permettra de présenter les premiers résultats de l’analyse des parcours de vie du projet I SAID et sera conclue par une intervention de Geneviève Petitpierre, professeure de Pédagogie Spécialisée à l’Université de Fribourg.

Seront également proposés : des témoignages de professionnel.le.s travaillant auprès des personnes avec une déficience intellectuelle et impliqué.e.s dans le projet I SAID (tant du côté belge que français) ; la projection de vidéos sur le projet et les parcours de vie ainsi que des stands permettant l’interaction et l’échange entre les différents acteurs.

L’objectif de ce séminaire est d’accueillir et de faire dialoguer les personnes avec une DI ainsi que leurs familles et les professionnel.le.s du secteur, mais aussi toute personne intéressée et désireuse d’en savoir plus sur le projet.

Consultez le programme de la journée

Consultez le programme en Facile À Lire et à Comprendre

Inscription en ligne gratuite via ce formulaire

Contacts : Sanjin Plakalo (sanjin.plakalo@pourlasolidarite.eu) et Marine Ballé (marine.balle@univ-lille.fr).

Interview de Marie Wartel, psychologue au sein des foyers “Résidence” et du SAVS “Le Colibri”

Une série d’interviews a été réalisée dans le but de saluer et de valoriser la contribution d’acteurs et d’actrices impliqué.e.s dans les activités de la recherche-action-formation I SAID. 

Aujourd’hui, nous donnons la parole à Marie Wartel, psychologue au sein des foyers « Résidence » et du SAVS « Le Colibri ».

Pouvez-vous vous présenter et présenter votre organisme ?

Je suis Marie Wartel, psychologue au sein des foyers « Résidence » et du Service d’Accompagnement à la Vie Sociale (SAVS) « Le Colibri » ; établissements et service gérés par l’ASRL (Association d’Action Sociale et Médico-Sociale des Hauts de France). Les résidents qui participent au projet I SAID sont ceux accompagnés par les Foyers « Résidence ». Il s’agit de foyers d’hébergement pour adultes porteurs d’une déficience intellectuelle qui travaillent en ESAT, EA ou milieu ordinaire, à temps plein ou à temps partiel.

Il y a deux foyers :

Un foyer situé dans le Vieux Lille qui accueille 17 résidents. C’est un foyer collectif, qui propose un accueil en chambre individuelle avec une salle de bain privative. Les repas et les temps d’activité du week-end restent des temps collectifs. Par exemple, le cuisinier prépare les repas la semaine (du lundi au vendredi) avec la collaboration de quelques personnes accompagnées qui peuvent participer sous forme d’atelier à la préparation. Les week-ends, les résidents font eux-mêmes la cuisine ;

Un foyer situé à Loos qui accueille 14 résidents. Dans ce foyer il existe un triple dispositif. Dix résidents sont sur le même système de collectivité que le foyer de Lille. Trois adultes sont accompagnés par un dispositif appelé semi-autonomie, au sein duquel, ils expérimentent une vie autonome (repas, hygiène, gestion de la solitude…). Enfin, un studio d’essai, permet à la personne de conforter ses potentialités avant de se rendre en appartement autonome.

Concernant le SAVS, l’équipe accompagne, à ce jour, 21 adultes ; sachant qu’à terme, elle accompagnera 36 personnes, réparties sur différents dispositifs :

  • 7 appartements dans une Résidence Intergénérationnelle qui a ouvert très récemment sur Lille : la résidence Rives.
  • 8 studios au sein d’une Résidence Autonomie pour des personnes de plus de 55 ans, qui travaillent à temps partiel ou qui ont fait valoir leur droit à la retraite.
  • 6 appartements situés au sein de différents territoires (Lille et Loos)

Nous avons donc des offres très diversifiées.

Concernant le projet I SAID, nous avons décidé de le présenter aux résidents et de leur laisser le choix de s’inscrire ou non. Actuellement, deux résidentes du foyer de Lille ont été sélectionnées et ont déjà participé à la recherche. Une autre résidence du foyer de Loos a participé à des entretiens.

Pourquoi avez-vous rejoint le projet I SAID ?

Ce qui a vraiment attiré mon attention c’est cette triple dimension : recherche-action-formation. Mais également cette notion de bien-être, de santé et d’autodétermination. En effet, même si nous avons conscience que certains vont rester en foyer d’hébergement pendant tout leur parcours, nous poussons les adultes vers davantage d’autonomie et l’autodétermination est une des clés.

Un autre élément intéressant est le fait que cela s’adresse aux personnes ayant une déficience mais aussi à leurs proches et aux professionnels. Il y a donc trois partenaires qui peuvent bénéficier du projet.

Qu’est-ce que le projet I SAID apporte à vos résidents ?

Chez les résidents qui ont participé au projet I SAID, à travers des entretiens avec le chercheur mais qui ont également participé à la journée transfrontalière sur Villeneuve d’Ascq, on voit qu’il y a une réelle valorisation, par le fait d’avoir été pris en considération, d’avoir pu témoigner, parler de leur projet et de leur parcours de vie. Nous avons remarqué aussi une nette amélioration de l’estime d’eux-mêmes, dans le fait de pouvoir participer à un projet avec des chercheurs, des universités. C’est très valorisant. Ils se sentent inclus dans le projet, ils se sentent importants. On le remarque par exemple chez une résidente qui vit en appartement au sein de la résidence Rives et qui a été sélectionnée. Elle est toujours souriante quand on parle du projet I SAID.

Il y a aussi cet aspect formation qui va commencer à se mettre en place. Les personnes vont pouvoir se rencontrer entre pairs, parler de leur expérience de vie, profiter des expériences de vie des autres, progresser davantage, apprendre de nouvelles choses et surtout retenir davantage de conseils. Nous avons une réelle attente vis-à-vis de la formation.

Enfin, notre structure sera lieu de formation. Un des professionnels a déjà participé à une communauté de pratiques sur l’inclusion. Il y a une réelle envie de la part des professionnels de participer à ce projet.

Un grand merci à Marie pour son temps accordé !

Mons : Envie de faire des Renc’Autres?

Renc’Autres, c’est un projet proposé par l’association SAPHA aux personnes en situation de handicap. Un espace de rencontre leur est ouvert tous les mercredis après-midi au 116, rue d’Havré à Mons. Le but: se rencontrer autrement pour tisser des liens d’amitié qui donnent parfois lieu à des histoires d’amour…

Découvrez le reportage réalisé par Télé MB

Pour plus d’informations sur le projet : cliquez ici 

Le site I SAID est re-labellisé AnySurfer !

Le site I SAID vient d’être re-labellisé AnySurfer pour deux années supplémentaires !

Qu’est-ce que le label AnySurfer?

Le label AnySurfer est un label qui garantit l’accessibilité d’un site internet, notamment pour les personnes avec déficience intellectuelle. Dans le cadre du projet I SAID, il était important de pouvoir garantir le droit à l’information pour tous et de s’assurer de l’accessibilité du site. Grâce à AnySurfer, nous avons pu réaliser les corrections nécessaires et être re-labellisé pour 2 ans !

Plus d’informations sur AnySurfer : https://www.anysurfer.be/fr

Retour sur l’événement Europe In Action

Il y a quelques temps, nous vous parlions du congrès Inclusion Europe et de son événement annuel “Europe In Action conference” dont le thème cette année était : Tout le monde a le droit d’être indépendant et inclus. Valentine, chercheuse sur le projet I SAID, était présente ces 5, 6 et 7 juin à Vilnius.

                         

Cette année des professionnels, militants, familles, personnes avec DI ont pu échanger autour du droit de vivre de manière indépendante et de faire partie de la communauté. Les participants ont également échangé autour du droit des personnes avec DI de décider pour leur propre vie. Dans ce contexte, le projet prenait tout son sens. Une belle opportunité lors de laquelle nous avons pu présenter le projet I SAID, et discuter des activités et avancées du projet.

Interview de Juliette Cartier, éducatrice spécialisée en foyer d’hébergement

Une série d’interviews a été réalisée dans le but de saluer et de valoriser la contribution d’acteurs et d’actrices impliqué.e.s dans les activités de la recherche-action-formation I SAID. 

Aujourd’hui, nous donnons la parole à Juliette Cartier, éducatrice spécialisée au foyer d’hébergement l’Oiseau Mouche à Roubaix.

Pouvez-vous vous présenter et présenter votre organisme ?

Je suis éducatrice spécialisée au foyer d’hébergement de l’Oiseau-Mouche à Roubaix. Ce foyer accueille des personnes en situation de handicap intellectuel et/ou handicap psychique. Parmi nos résidents certains sont comédiens à la compagnie de l’Oiseau-Mouche, d’autres travaillent en ESAT Papillons Blancs.

Pourquoi avez-vous rejoint le projet I SAID ?

J’ai rejoint le projet I SAID avec deux autres collègues éducatrices pour tout le travail qui est fait autour de l’autodétermination. On trouvait cela intéressant de voir comment on pouvait amener davantage de parole et de choix aux personnes que l’on accompagne. Ce qui m’a aussi fortement intéressée, c’est l’échange de pratiques que l’on peut avoir entre professionnels grâce au projet I SAID : l’opportunité de connaître et prendre connaissance de ce qui se fait ailleurs, de réfléchir ensemble aux différentes façons de travailler, que ça soit en France ou en Belgique.

Qu’est-ce que le projet I SAID peut apporter à votre structure ?

Grâce au projet I SAID, nous avons accès à un partage d’outils intéressants notamment l’outil collaboratif, mais aussi des partages d’expérience qui nous permettent de voir ce qui se fait ailleurs et éventuellement de le proposer dans notre structure. Le projet nous permet également de rencontrer d’autres foyers, à travers les communautés de pratiques. Récemment nous avons rencontré des résidents du foyer ALPHHA à Croix et nous, professionnels, avons pu échanger avec eux et nous avons d’ailleurs prévu une nouvelle rencontre prochainement pour discuter ensemble de l’autodétermination. Il y a donc un réel lien qui se fait entre les différents établissements et nous avons la possibilité d’échanger sur nos pratiques, sur nos vécus, nos vies ou encore nos fonctionnements et de réellement bénéficier de ces rencontres.

Le projet I SAID c’est aussi la chance de pouvoir proposer aux adultes que nous accompagnons par exemple les stages pratiques à l’autodétermination, et d’en bénéficier avec eux. Un des adultes a déjà assisté à une première session de stage pratique avec une de mes collègues.

Quelque chose à ajouter ?

Le plus important pour nous c’est de ne pas être enfermé dans nos pratiques mais de pouvoir échanger et être ouvert sur d’autres fonctionnements.

Un grand merci pour le temps accordé à cette interview !